Des cybergendarmes en Algérie pour lutter contre la criminalité sur Facebook


Les services de la Gendarmerie nationale ont entamé au début du mois de juin en cours des investigations sur un nouveau phénomène dangereux qui s’est répandu ces derniers mois au sein de la société algérienne.

Il s’agit de chantage, ternissement de réputation et menace sur le réseau social Facebook.  Pour faire face à cette nouvelle forme de criminalité, « des gendarmes du Net » ont été mobilisés pour découvrir les personnes qui sont derrières ces affaires. Pour remonter jusqu’aux auteurs de ces crimes, ces services utilisent des moyens technologiques très sophistiqués. Dans ce contexte, le commandant de l’unité de recherche relevant de la Gendarmerie nationale à Alger, a indiqué à Echorouk que ce corps de sécurité a créé une unité spéciale appelée   « Gendarmerie du Net ». Sa mission est de découvrir les personnes qui sont derrières les crimes sur Facebook et ce en procédant à des recherches sur Internet et par la mise en place de « patrouilles sécuritaires sur la Toile ». La création de cette « Gendarmerie du Net » a été prise suite à la prolifération des crimes sur ce réseau social  largement utilisé par les Algériens.

En effet, des « inconnus » font du chantage à des personnes, notamment des femmes, en les menaçant de publier leurs photos. En plus de cela, des hackers ont détruit plusieurs sites internet de différentes institutions étatiques et privés. Le même officier, appelle les citoyens à déposer plainte en cas de chantage ou de menace. « Les services de la gendarmerie ne ménage aucun effort pour faire face à ce genre de criminalité qui a connu une recrudescence ces derniers mois dans notre pays », a-t-il indiqué. S’agissant des peines prévues par la loi dans ce genre d’affaires, Maître Boudjemaa Ghechir a indiqué à Echorouk que les impliqués dans ce genre de criminalité seront sanctionnés conformément à la loi en vigueur. Ainsi, leurs auteurs écoperont de peines d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à cinq ans de prison, en plus des amendes qui varieront selon la gravité du crime commis. (S/ ECHOUROUK ONLINE)